Retour haut de page Retour bas de page
Accueil | Découvrir la paroisse | Histoire et patrimoine

Histoire et patrimoine

Mise à jour : 05/02/2016 - Auteur : tardus

Histoire et patrimoine Le grand orgue historique
L'orgue de choeur
Album : le grand orgue historique
Album : l'orgue de choeur
Album : cathédrale Saint Louis
Album : charpente de la cathédrale Saint Louis
... et tous les albums photos de la paroisse

La formation du quartier


Avant la construction du Palais, l'église du village de Versailles était dédiée à Saint Julien de Brioude. Cette église est démolie en 1679 lors de l'extension des annexes du château. En 1684, Louis XIV pose la première pierre d'un nouvel édifice, l'église Notre Dame, qui devient le coeur de la ville nouvelle. L'actuel quartier Saint Louis est, au début du XVII° siècle, une réserve de chasse enclose de murs dénommée Parc aux Cerfs. Vers 1685, Louis XIV, malgré son amour de la chasse, décide de sacrifier le Parc aux Cerfs pour y faire édifier les logements rendus indispensables par l'accroissement de la population. Il y concède des terrains à bâtir après avoir lui même tracé le quadrillage régulier des rues avec ses deux grands axes : rue Royale et rue d'Anjou.

La première chapelle


Louis XIV promet en 1714 de « supporter la dépense » d'une nouvelle paroisse. Il faut attendre le règne de Louis XV pour que cette promesse soit exaucée. On commence par une chapelle provisoire située entre les rues d'Anjou et des Tournelles, le long de la rue de Satory. Dédiée à Saint Louis, elle est inaugurée en 1727 et d'abord considérée comme une simple succursale de Notre Dame. En 1730, Monseigneur Charles de Vintimille, archevêque de Paris, la déclare paroisse libre et indépendante. Mais cette chapelle se révèle rapidement trop étroite pour la population du quartier. Un projet est demandé à Robert de Cotte, premier architecte du roi, pour une vaste église destinée à être le pendant de Notre Dame construite en 1684 par Jules Hardouin-Mansart. L'architecte fournit des plans mais, pour des raisons inconnues, probablement d'ordre financier, le projet n'est pas exécuté immédiatement.


L'église Saint Louis


Après la mort de Robert de Cotte en 1635, Jacques Hardouin-Mansart de Sagonne, dernier représentant de la fameuse dynastie d'architectes et petit-fils de Jules Hardouin Mansart, se voit confier le projet : les travaux vont enfin pouvoir commencer. Le 12 Juin 1743, le roi pose la première pierre de l'édifice lors d'une cérémonie présidée par Monseigneur de Vintimille, archevêque de Paris. Le roi, accompagné du dauphin, place lui-même dans une cavité creusée sous le premier pilier du sanctuaire, côté évangile, une médaille d'or et quatre médailles d'argent. Puis Louis XV se rend dans la cour d'une maison de la rue des Tournelles « voir un petit modèle que le sieur Mansart a fait de l'église Saint Louis, lequel est fort exact et détaillé», puis il se retire satisfait. Les travaux durent dix ans, financés par les Économats dont la caisse perçoit les revenus des biens ecclésiastiques vacants. L'inauguration a lieu le 24 août 1754 en l'absence de la famille royale : la veille, la dauphine, Marie Josèphe de Saxe, a mis au monde un fils, le futur Louis XVI. Le lendemain 25 août est célébrée avec solennité la première fête patronale de Saint Louis. En 1755 le roi offre six cloches dont les noms et marraines sont connus par les registres paroissiaux. L'ancienne église est abattue en 1760 et le presbytère construit à son emplacement. Les vastes dimensions de celui-ci s'expliquent par l'importance du clergé attaché au service de Saint Louis. La paroisse est alors desservie par les Lazaristes, prêtres de la Congrégation de la Mission fondée par Saint Vincent de Paul. En 1764, les Économats chargent leur architecte Louis-François Trouard de compléter le décor intérieur de Saint Louis et de construire une chapelle pour les catéchismes.

Le temps de la Révolution


Le 4 mai 1789, quand s'ouvrent les États Généraux, la procession solennelle des Trois Ordres se rend de Notre Dame à Saint Louis et c'est de la chaire de Saint Louis que Monseigneur de la Fare dénonce les abus de la cour. Plusieurs séances des États se tiennent à Saint Louis au mois de juin. En 1790, Versailles devient siège d'un évêché. Le premier évêque constitutionnel, monsieur Avoine, choisit Notre Dame pour cathédrale. A Saint Louis, les Lazaristes qui ont unanimement refusé de prêter le serment constitutionnel sont chassés et leurs biens confisqués. L'un d'eux, Jacques Henri Gruyer, mourra martyr en 1792. A la fin de 1792 Saint Louis, fermé au culte catholique, devient « Temple de l'Abondance ». Un laboureur est peint sur le fronton de l'église dans laquelle des clubs se réunissent. Les pièces d'orfèvrerie sont envoyées à la Monnaie, les cloches fondues et les tableaux déposés au Muséum Central des Arts à Paris. Malgré toutes ces vicissitudes le ministère pastoral n'est jamais interrompu. Une vingtaine de prêtres s'y dévouent au péril de leur vie pendant toute la Révolution. Des chapelles clandestines ont été ouvertes dans différentes maisons du quartier. Les Lazaristes qui ont refusé de prêter serment y officient en secret. Les registres des baptêmes et des mariages demeurent dans nos archives, témoignage de leur courage et de leur fidélité.

L'église devient cathédrale


Dès que le culte catholique est rétabli, l'évêque constitutionnel qui prend la succession de monsieur Avoine, monsieur Clément, préfère Saint Louis à Notre Dame et c'est ainsi que l'église devient cathédrale en 1797. Monseigneur Charrier de la Roche, premier évêque légitime de Versailles, ratifie ce choix. Il est solennellement intronisé à Saint Louis le 27 mai 1802 et, le 3 janvier 1805, il a la joie d'accueillir dans sa cathédrale le pape Pie VII venu à Paris pour le sacre de l'Empereur. Une inscription apposée dans la chapelle de la Vierge commémore cet événement. Après les troubles révolutionnaires l'église est à nouveau meublée et dotée d'ornements et de vases sacrés. Elle doit beaucoup à Charles X et Louis-Philippe qui font refaire les boiseries, les confessionnaux, les garnitures d'autels.

Consécration


En 1843, Monseigneur Blanquart de Bailleul consacre la cathédrale qui n'avait été que bénite lors de son inauguration.

Les travaux du XIX° siècle


A la suite d'un voeu fait lors de l'épidémie de choléra de 1832, la chapelle de la Vierge est refaite et ornée de vitraux de la Manufacture de Sèvres. Les travaux durent de 1840 à 1848. De 1853 à 1866 les verres blancs des fenêtres hautes du choeur puis celles des chapelles sont remplacés par des vitraux colorés.

Deuxième millénaire En 1905, l'Inventaire ordonné par la loi de Séparation et effectué malgré la protestation très ferme de Monseigneur Gibier provoque grand tumulte dans le quartier. Les choses se bornent à la fracture de la porte de la sacristie. En 1906, la cathédrale est classée au titre des monuments historiques.


Troisième millénaire


En l'an 2000, pour répondre aux directives du Concile Vatican II et mettre fin à un état provisoire, un nouvel aménagement du choeur de l'église à la croisée du transept est mis à l'étude. Reprenant un dessin de Robert de Cotte, Bruno Chauffert-Yvart, architecte des Bâtiments de France, réalise un emmarchement de pierre de forme ovale. Le sculpteur Philippe Kaeppelin crée l'autel, l'ambon, la cathèdre et les sièges des célébrants. Cet ensemble est inauguré le 7 avril 2002 par Monseigneur Éric Aumonier, évêque de Versailles.

Horaires des messes

Enquête patronage

Calendrier

◄◄
►►
août 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15

Diocèse
Date : 15 août 2017
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Saint du jour

Mercredi 16 Août 2017

Quelques images

Compteur de visites

Aujourd'hui338
Hier447
Semaine dernière1117
Mois dernier4287
Année dernière86974
Total258178
Statistiques
  Bulletin paroissial Feuille de messe Lettre de la cathédrale Guide paroissial
 
Mentions légales
Équipe des webmestres
Plan du site | Index
Administration